Troubles sensoriels : les trois étapes pour accepter la combinaison de ski

Les vacances d’hiver approchent et quelques petits chanceux se préparent à goûter aux joies de la neige. Pourtant avec leur petit As qui ne supporte même pas un pull, pour certains parents, le séjour à la montagne peut vite tourner à la catastrophe. Ski enfant autisteImpossible d’enfiler la combinaison du loustic ? Toute l’organisation s’écroule : cours, forfaits, petit chocolat chaud sur les pistes et sorties au grand air risquent de se terminer enfermés entre 4 murs bardés de jolies planches trouées d’un petit cœur pittoresque. Quel ironie !

 

Voici donc la méthode qui a fait ses preuves l’an passé avec notre petite deuxième, plus qu’intolérante au port des vêtements car notre miss a un TIS ! Malgré une météo peu clémente l’an passé, elle a tout de même réussi (enfiiin !) à expérimenter la glisse à ski… et nous aussi !

Je vous donne donc notre méthode « maison » en trois étapes, en espérant qu’elle fasse également ses preuves chez vous !

 

 

1 – Exercice pratique : l’estime de soi au quotidien

Anxiété et estime de soi

cage à écureuilDu fait de ses troubles sensoriels, votre enfant a du mal à expérimenter son environnement comme le ferait n’importe quel enfant. Parfois des étapes cruciales dans ses apprentissages se retrouvent peu investies par peur ou par appréhension. Qui se lancerait dans l’escalade d’une cage à écureuil s’il avait constamment l’impression que le sol se dérobe sous ses pieds ? Qui irait spontanément jouer dehors s’il fallait mettre un pull piquant comme de la peau d’oursin ? Qui voudrait monter sur une balançoire alors que celle-ci se balance comme un galion en pleine tempête ? Personne…

Votre enfant, s’il est porteur d’un trouble sensoriel a certainement pris l’habitude de jouer à l’anguille en favorisant les activités qui ne lui posent pas ou peu de problèmes sensoriels. Cependant, ces domaines non investis, bien malgré lui, ont une répercussion dans son développement moteur, social mais aussi scolaire. Il ne lui échappe pas qu’il n’a pas la possibilité d’agir aisément comme ses petits camarades à certaines activités. Il n’oublie pas non plus les petites réflexions d’incompréhensions des petits comme des grands qui jalonnent ses journées. Il connait aussi la joie …et la tristesse de ne pas être choisi pour certaines pratiques sportives collectives. Un parcours fragmenté, en caléidoscope, où il n’est pas toujours facile de trouver sa place. Ces compromis quotidiens fragilisent l’estime de soi et sont facteurs d’anxiété pour votre enfant.

 

Les actions quotidiennes

Votre intervention va s’élaborer autour d’un travail de compensation qui va permettre à votre enfant de se sentir valorisé et sécurisé là où il en a besoin. Voici quelques petites astuces que vous pouvez entreprendre quotidiennement :

  • Valoriser ses actions de « grand » (ranger sa chambre, mettre la table, etc.) par un gain de « grand » (se coucher 10 mn plus tard, mettre du verni, etc.)
  • Renforcer le port de certains vêtements ou l’accès spontané à certaines activités : votre enfant a mis un collier, un bonnet, un legging ou un serre-tête de sa propre initiative ? Il a dépassé ses appréhensions pour se brosser les dents tout seul ? Félicitez-le ! Usez et abusez du renforcement social car pour lui ces petites étapes sont comme un grande brassée d’héroïsme !
  • Si votre enfant ne supporte pas les vêtements, vous pouvez appliquer le protocole de Wilbarger avant chaque habillage.

3coeurs

 

2- La préparation en amont : le conditionnement avant les vacances

 

L’apprentissage de la combinaison

1coeurChoisir la combinaison

L’idéal, c’est d’avoir des amis qui peuvent vous prêter avant les vacances plusieurs combinaisons à la taille de votre enfant. Vous allez ainsi pouvoir définir quel genre de combinaison sera le mieux accepté par votre petit(e) champion(ne). En général, il est préférable d’opter pour un ensemble deux pièces. Si l’opération présentée ici n’est qu’un demi-succès, vous pourrez toujours sortir votre enfant en balade avec le blouson. De plus, pour les pauses pipi, la combinaison, il faut l’avouer, ce n’est pas très pratique.

Si votre petit As ne supporte pas d’être serré à la taille, l’ensemble une pièce sera toutefois certainement mieux toléré. Bref, faites des essais.

Une fois, le vêtement choisi soit vous pouvez vous le faire prêter, soit vous essayez de trouver quasiment le même. Dans ce cas, restez vigilant à tout ce qui a pu poser problème (élastiques aux poignets, matière, doublure, ceinture, bretelles non-amovibles, etc.). Si votre enfant arrive à l’enfiler et à tenir une minute sans le retirer, vous êtes sur la bonne voie.

 

1coeurPréparer les sessions d’entrainements

A présent vous allez réaliser une série de pictogrammes qui vont vous permettre de cadrer chaque étape en aidant votre enfant à prévisualiser l’action demandée. Trouvez des images ou faites des photos de chaque vêtement (gants, bonnet, casque, collant, pantalon, cache-col, etc.). Imprimez également les pictogrammes d’action de la planche suivante.

 

Pour chaque session, vous pourrez ensuite aligner :

  1. Le pictogramme du vêtement à enfiler
  2. celui de l’action à effectuer
  3. celui définissant la durée de l’action (lequel sera évidemment accompagné d’un timer ou d’un minuteur préréglé).

 

1coeurUn entrainement progressif

Prévoyez minimum deux semaines, idéalement un mois d’entrainement.

 

  1. Entrainement avec la combinaisonCommencer par des sessions courtes avec un unique vêtement par session : une fois le collant, une autre fois le pantalon, le blouson, le casque, etc. Sans action. Vous pouvez faire une à deux session par jour bien espacées. Repérer les vêtements qui posent le plus de difficultés.
  2. Ensuite, augmenter la durée et ajoutez-y un mouvement ou une action (courir avec la tenue, faire du trampoline, un concours de grimaces, une séance de chatouilles, une bataille de coussins, etc.)
  3. Mixer des séances à trois vêtements : un vêtement + courir, en ajouter deux + lever les bras trois fois, puis n’en garder qu’un le temps d’une activité (goûter, jeu de société rapide, etc.). Alterner les vêtements qui gênent avec ceux qui ne posent pas de réels soucis. Terminer par un vêtement facile. Cet exercice doit être un jeu que tout le monde fait dans la bonne humeur. Si les frères et sœurs peuvent participer c’est encore mieux.
  1. Si votre enfant est du genre à tout anticiper, surtout faites des séances aléatoires : il ne doit pas y avoir d’ordre ni de durée, ni de choix du vêtement. Vous éviterez ainsi l’anxiété par anticipation. Des séances évolutives laisseraient à votre enfant la possibilité d’imaginer les prochaines séquences : « La prochaine fois se sera trois habits, dix minutes et après ce sera le collant que je déteste ET la combinaison AVEC le casque pendant QUINZE minutes ! ». Ne le laissez pas rentrer dans ce processus mental !

 

  • Renforcer chaque séance par une gratification simple (une histoire du soir en plus, un épisode de dessin animé, des gommettes, etc.)
  • Renforcer chaque avancée par palier avec un renforçateur puissant défini à l’avance avec l’enfant : une sortie au cinéma, un temps de jeu vidéo, etc.

 

Le départ

Faites la valise de votre enfant avec lui. Mettez dedans tous ses vêtements chauds les mieux tolérés.  Faites-le participer et énoncer ce qu’il préfère emporter. Mettez les renforçateurs ensemble dans la valise (coloriage, dessin animé préféré, gommettes, etc.).

Le combo gagnant chez nous : moufles à la place des gants, collants en maille polaire (il y en a chez Carr*f**r), tee-shirt thermolactyl force 5 pour éviter les multiples superpositions de vêtements et la combinaison d’occasion… sans oublier les autocollants. Le must : le petit chauffage ventilé d’appoint qui rend l’habillage plus facile (et qui a fini couvert de gommettes).

 

3coeurs

 

3- Arrivée au sommet : du programme au podium

 

Jour 1

Le premier jour ne lui faites pas faire de ski.

big-white-877353_1920Commencez par faire une activité que l’enfant a apprécié avec sa combinaison avant la première sortie en montagne (salopette/galipettes + blouson/fanfaron + accessoires/tintamarre).

L’habituation semble se faire ? Emmenez votre enfant faire une activité de montagne qui l’enthousiasme particulièrement (prendre le téléphérique, aller faire un bonhomme de neige, faire une bataille de boule de neige, faire un documentaire photo dans la neige, faire de la luge, etc.). Et je le rappelle : sans skis et sans chaussures de ski. Sélectionner les activités qui plairont réellement à votre enfant et laissez-lui faire le choix parmi trois propositions sous forme de pictogrammes. Evitez les images et photos qui seraient trop détaillées et pourraient compromettre l’activité en elle-même (téléphérique de la mauvaise couleur… Gloups !).

Arrangez-vous pour que votre enfant passe un moment réellement plaisant.

Dès que vous sentez que ça devient trop difficile pour lui, arrêtez tout et emmenez-le au calme prendre un bon goûter ou faire une activité posée dans un environnement confortable où il peut retirer sa combinaison.

Si vous en avez la possibilité, faites imprimer une photo de lui en combinaison de ski pendant son activité du jour : à côté de son bonhomme de neige, dans le téléphérique, etc. Donnez-lui ou affichez-la au mur au-dessus de son lit si l’idée lui plaît.

Offrez-lui une gratification adaptée aux efforts que votre enfant a dû faire aujourd’hui (goûter exceptionnel, histoire, jeu, dessin-animé, coloriage, etc.) en l’accompagnant de gratifications sociales. Enumérez les moments heureux et dites-lui à quel point vous êtes fier de lui. Ne revenez pas sur ce qui s’est mal passé.

Si la sortie a échoué, félicitez-le aussi pour les efforts qu’il a fait et expliquez lui que vous le comprenez. Si vous avez une anecdote d’enfance qui raconte une de vos difficultés : dites lui ce qui vous est arrivé avec malice. Les enfants en général raffolent de ce genre d’histoire. Vous, le parent si fort, qui savez en apparence presque tout faire, vous avez aussi rencontré des difficultés ! Quel soulagement ! Analysez ce qui n’a pas fonctionné aujourd’hui avec votre enfant et pourquoi, puis retentez la même expérience le lendemain en l’améliorant (par ex. chauffer les gants préalablement, remplacer les chaussettes par un collant, etc.).

 

Jour 2 : Le cours de ski

Préalablement, et si vous souhaitez skier un peu, ayez prévu un plan B, vous serez plus serein et plus confiant.  Certains clubs accueillent les enfants avec ou sans cours de ski. Si vous avez payé des cours de ski avec club, assurez-vous que vous puissiez rétrograder sur la formule sans ski. Informez les membres de l’équipe des difficultés de votre enfant et préparez-leur une tenue ordinaire que vous mettrez dans le sac de votre champion.

  1. Levez votre enfant suffisamment tôt afin qu’il n’ait pas à courir pour se préparer. Croyez-en mon expérience, l’habillage peut être relativement long. Par conséquent, soyez vous-même déjà quasiment prêt(s).
  1. Laissez votre enfant déjeuner et faire une activité qu’il aime avant l’habillage. Si vous appréhendez, n’en montrez rien.
  1. Demandez à votre enfant de choisir sa séquence d’habillage préférée parmi les différents pictogrammes (en faisant le canard, etc.) si c’est encore nécessaire. Ensuite, montrez-lui sa fiche « Challenge » de la journée (préparée et expliquée à l’avance). Par exemple : Je m’habille / je mets mes chaussures de ski / je vais au regroupement / je skie avec des copains / je joue au club / papa et maman reviennent me chercher / je gagne ma première récompense / je déjeune / je vais à la piscine, etc. / dîner / coucher. Procédez à l’habillage, avec ou sans aide suivant ce qu’il préfère et félicitez-le lorsqu’il est prêt.
  1. Mettez un petit goûter dans sa poche et s’il n’aime pas trop les séparations dessinez un petit cœur sur son poignet.
  1. Sur le chemin, distrayez-le en faisant des mini-jeux avec la neige. Evitez les grandes phrases pour tout expliquer, ce n’est plus le moment.
  1. Cours de skiSi vous avez réussi à lui enfiler ses chaussures de ski alors c’est déjà bien parti ! Souvent elles sont chauffées en magasin, ça aide bien ! N’hésitez pas à coller ensemble des autocollants de ses personnages préférés partout (casque, skis, chaussures…).
  1. Aidez-le à accéder au rassemblement sans que cela ne soit trop difficile physiquement pour lui.
  1. Soyez dans l’instant présent au maximum. Evitez les pauses photos (sauf si votre enfant adore ça et le réclame), ce n’est pas le moment non plus. Faites connaissance, votre enfant et vous, avec les autres enfants. Demandez-leur leur prénom, ce qu’ils aiment, faites participer votre enfant. Essayez de trouver des points communs et des terrains d’entente avec les autres enfants présents. Présentez le moniteur. Enthousiasmez-vous, le plus naturellement possible, de leur matinée.

Votre enfant est parti avec le groupe ? Applaudissez-vous !

Récompensez votre enfant à la fin de son cours quoiqu’il se soit passé. Applaudissez, consolez si nécessaire. Et surtout, prévoyez pour la dernière partie de la journée une activité que votre enfant adore si le ski ça n’est pas sa tasse de thé ! Un petit tour à la piscine par exemple est souvent bien agréable après quelques heures sur les pistes.

 

Et les jours suivants ?

Si tout s’est à peu près bien passé, appliquez le même programme jusqu’au bout… ou repliez-vous sur la garderie simple.

A la fin du séjour si votre enfant est allé au club tous les jours donnez lui la « SUPER » récompense. S’il a skié un ou plusieurs jours, alors il aura plutôt mérité la « MEGA » récompense. Ne lui dites pas à l’avance combien de jours il doit skier. Dites-lui simplement : QUAND on skie, on gagne la « MEGA » récompense (le contrat est bien rempli) … et pour les petits persévérant en général une médaille de ski vient récompenser tous ces beaux efforts ! 😉

Un cadeau à la fin de la semaine ? N’est-ce point une sorte de marchandage me diront certains ? Si vous ne dites pas « Si » mais « Quand », vous n’achetez pas votre enfant, vous récompensez un véritable effort.

Pour les parents les plus récalcitrants, n’oubliez pas qu’un renforçateur efficace peut sauver votre semaine. Après un tel investissement en préparation, achat de matériel, cours et autres obligations, le passage à la machine à capsules (vous savez celle où l’on met une petite pièce de 1 ou 2€ en échange d’un jouet surprise et qui en l’occurrence était devenue le renforçateur puissant de notre fille après chaque cours de ski) ne me semblait plus si diabolique que ça…

3coeurs

A savoir : Certaines stations de ski proposent des cours de ski en petits groupes (6 à 8 enfants maximum) parfois pour un prix plus raisonnable que les traditionnels cours à 12 enfants notamment lorsqu’ils se déroulent sur le temps de midi (11h45 – 13h45). Ces groupes allégés permettent souvent aux plus petits de plus participer et aux plus grands de mieux suivre. C’est la plupart du temps une bonne alternative quand on a un enfant fatigable, rêveur ou un brin singulier. Faites un bon brunch avant le départ et mettez un petit encas dans la poche, votre enfant skiera dans de meilleures conditions aux heures les plus chaudes.

Si votre enfant a un trouble relativement important (TDAH, autisme, TIS, etc.), et même s’il est susceptible de ne pas le montrer car il a appris à le gérer, prévenez toujours l’équipe encadrante. Votre enfant se verra attribuer le moniteur ou la monitrice le/la plus à même de l’aider !

 

Bon courage et bonnes vacances à tous !

girl-1972649_1920 

Si cet article vous a plu, laissez un commentaire ci-dessous !

Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

(Visited 150 times, 1 visits today)
Troubles sensoriels : les trois étapes pour accepter la combinaison de ski

Laisser un commentaire

23 Partages
Partagez11
Tweetez
Partagez10
+12