L'autisme au collège et au lycée :
compétences et points forts

Prendre connaissance de la longue liste de difficultés vécues par votre élève autiste en découvrant le premier article de cette série sur le collège et le lycée peut vous sembler en tant qu’enseignant extrêmement décourageant.

Votre élève vit exactement la même chose. Cela ne vous rassurera peut-être pas mais si vous continuez à poursuivre cette lecture, vous allez comprendre qu’il existe des leviers pour aider votre élève à aller vers la réussite mais également des aménagements qui peuvent faire une grande différence pour l’aider à gagner en confiance et en autonomie dans son travail scolaire.

Le premier atout de votre élève en classe, c'est vous !

Apprenez qui il est pour lui transmettre votre savoir

C’est une chance incroyable pour un élève qui a un trouble du spectre autistique (TSA) d’avoir un enseignant qui comprend son handicap et croit en ses capacités. Les enseignants qui se forment d’eux-mêmes, à défaut d’être suffisamment préparés en interne, sont curieux et passionnés par leur métier ou encore extrêmement consciencieux. Ils ont l’esprit ouvert et le souci de faire de leur mieux pour chacun de leurs élèves.

Il existe, certes, autant de profils autistiques que de personnes autistes, cependant les critères diagnostics sont les mêmes pour tous et il existe un socle commun de difficultés. Plus ou moins envahissantes suivant l’élève, son parcours, son histoire, le soutien qu’il reçoit, les aménagements qu’il est déjà habitué à prendre ou non, sa capacité à utiliser ses ressources personnelles…

Certains élèves autistes sont brillants. Ils performent dans de nombreuses matières sans être forcément bien intégrés socialement. Ils ont une soif de connaissances qui leur permet de répondre aux exigences scolaires.
Même si ce ne sont pas ceux qui semblent avoir besoin de votre aide, il convient de rester vigilant. Ces élèves-là sont souvent isolés socialement et compensent leurs difficultés certes avec beaucoup de brio mais ils restent des élèves extrêmement vulnérables.

D’autres, largement majoritaires, vivent des difficultés d’apprentissages beaucoup plus évidentes. Il est important de savoir que l’autisme est fréquemment associé à d’autres troubles. Les comorbidités sont, en effet, extrêmement courantes : Trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), troubles Dys, trouble anxieux, trouble du sommeil, épilepsie…
La déficience intellectuelle ou le haut potentiel font également parties des troubles associés à l’autisme, bien que cela ne soit pas forcément le cas

Le regard et l’attention que vous allez porter à votre élève sont constitutifs de sa réussite. Votre soutien et votre foi en ses capacités lui assurent un appui qui peut devenir le ciment de son avenir.

C’est la raison pour laquelle, il est important d’aller à la pêche aux informations.

Récupérez tous les éléments possibles vous permettant de constituer le profil spécifique de votre élève.
Contactez le professeur principal qui participe à l’équipe de suivi de scolarisation (ESS). L’étude des bilans réalisés par les professionnels spécialisés, le Geva-sco ainsi que le PPS (ou encore un PAP s’il n’y a pas de reconnaissance de handicap) permettent d’établir les aménagements nécessaires à la réussite de cet élève vers l’autonomie.

Les adultes, un tremplin vers l’avenir

Parfois, on peut aussi appréhender d’aller vers les parents de peur d’être envahi par les demandes. C’est souvent une peur infondée, même si elle se comprend. Ce qui peut vite devenir envahissant en revanche, c’est de se sentir débordée par un élève que l’on n’arrive pas à accompagner dans ses apprentissages. On peut alors baisser les bras et vivre cette expérience comme un échec.

Le parent est celui qui connaît le mieux votre élève. Il sait d’où part son enfant. Ce qu’il a accompli.
Les élèves autistes, qui arrivent au collège puis au lycée, ont déjà effectué un travail titanesque vers l’autonomie, ils ont souvent des parents très engagés.
Ces parents sont des tremplins. Ils se sont formés, de leur propre initiative, comme vous. Leur enfant part souvent de très loin.

Ils ont également suivi les conseils des professionnels de l’autisme pendant de longues années. Ils ont testé leurs propres solutions et ont aussi trouvés des stratégies gagnantes. Ils connaissent mieux que personne ce qui met leur enfant en échec et comment gagner sa confiance. Ce qui l’aide à apprendre, ce qui envahit ces capacités sociales et sensorielles.

Prendre connaissance de tous ces éléments complémentaires, ne serait-ce que par un simple échange de mails via l’ENT, va vous aider à mettre en place correctement les aménagements spécifié dans le PPS pour cet élève que vous allez mieux cerner.

L'autisme, un esprit spécifique

Temple Grandin, zootechnicienne américaine, professeure à l’université du Colorado, est une femme autiste asperger. Elle a révolutionné le bien-être animal et notamment la vie du bétail dans les élevages industriels américains. C’est une des premières femmes à avoir témoigné de l’autisme vécu de l’intérieur. Dans son livre Ma vie d’autiste, elle raconte comment ses parents mais également un de ses enseignants se sont impliqués et ont cru en elle. Elle explique à quel point ce soutien a été un levier important dans son parcours et l’a mené là où elle est aujourd’hui.
Ils avaient compris son fonctionnement et ses besoins et l’ont amenée à expérimenter pour apprendre. Elle est ensuite devenue la grande femme que nous connaissons aujourd’hui.

Les autistes sont majoritairement des penseurs en images. Ils apprennent facilement par l’imitation. S’appuyer sur cette compétence et multiplier les supports visuels ou encore les travaux pratiques peuvent particulièrement aider votre élève.

Temple explique que « L’esprit autiste tend à être un esprit spécialiste » et cite 3 sortes d’esprits autistiques :

  • le penseur visuel
  • le penseur par modèle
  • l’esprit verbal

Dans cette intervention TED, elle détaille ces concepts très intéressants 

Le fonctionnement de votre élève est différent, il n’apprend pas de la même manière que vos autres élèves mais il a la capacité d’apprendre.

Il faut lui offrir la possibilité d’apprendre et de restituer son savoir par des exercices qui correspondent à sa façon de penser. Il pourra révéler de véritables compétences dans certains domaines en adaptant simplement la méthode d’apprentissage ou de restitution de ses connaissances.

Les intérêts spécifiques, un levier pour apprendre

Au-delà de la pensée autistique, une autre caractéristique spécifique de l’autisme peut être utilisé comme un véritable levier dans ses apprentissages : ses intérêts particuliers.

Les intérêts spécifiques (IS) ne sont pas de simples hobbies comme pourraient en avoir vos autres élèves, ils font partie des critères diagnostiques. Ce sont des intérêts qui envahissent le temps et les conversations de la personne autiste. Ils ont un caractère obsessionnel. Leurs thématiques ont souvent peu d’intérêts pour leurs camarades tant elles sont spécifiques et/ou omniprésentes dans les discussions.

Ainsi, une personne autiste peut s’intéresser au réseau routier de sa ville et connaître tous les arrêts ainsi que les heures de passages de chaque bus par cœur… Ou encore être incollable sur les véhicules militaires de la seconde guerre mondiale ou la vie des manchots en Antarctique, comme Sam Gardner dans la série Atypical.

Les intérêts spécifiques (IS) portent aussi le nom d’intérêts restreints (IR), ce qui peut laisser penser que les intérêts sont pauvres. Or, les intérêts ne sont pas uniques, ni fixes, et évoluent dans le temps.
Votre élève a donc des connaissances quasi encyclopédiques dans plusieurs domaines.
Les connaître peut vous aider à développer ses compétences en orientant sa réflexion par l’intermédiaire de ce sujet.

Votre élève n’aime pas les maths mais est passionné de balistique ? Vous pouvez lui apprendre à calculer une superficie en imaginant le tracé d’une balle lors d’une enquête policière.
A contrario, votre élève adore les maths mais déteste lire ! Proposez-lui Le grand roman des maths de Mickaël Launay.

Évidemment, il n’est techniquement pas possible de transposer tout le programme scolaire sur les intérêts spécifiques de votre élève. Mais ce levier est un outil intéressant pour travailler les matières, les chapitres ou les thématiques dans lesquels votre élève a des difficultés d’apprentissages.

Les autres atouts de votre élève autiste

Les personnes autistes vivent dans un monde extrêmement déstabilisant et ont besoin de repères et d’informations claires pour être dans de bonnes conditions de travail.

Dans un environnement adapté et bienveillant, un élève autiste peut montrer de nombreuses qualités :

  • Persévérant et respectueux des règles lorsqu’elles sont bien établies
  • Franc et direct, maladroit parfois mais sans mauvaise intention
  • Peu enclin au jugement et très ouvert aux différences
  • Possédant une excellente mémoire qu’il travaille au quotidien afin de se créer des repères
  • Particulièrement observateur des détails
  • Possédant des connaissances encyclopédiques et/ou techniques dans les domaines qui ciblent ses intérêts spécifiques
  • De nature honnête, loyale et souvent discrète

Être autiste et réussir

Mettre en lumière le potentiel

Les personnes autistes qui réussissent ont souvent reçu un soutien important de leur entourage. Elles ont croisé le chemin d’une ou plusieurs personnes qui les ont poussées à développer leur potentiel.

Il est très important de comprendre qu’une personne autiste apprend mieux et plus rapidement lorsqu’elle est entourée de personnes dont elle peut s’inspirer pour comprendre les codes sociaux ainsi que de nouveaux apprentissages. C’est la raison pour laquelle l’inclusion en milieu ordinaire et une continuité de l’évolution de cet élève vers de nouveaux apprentissages doit s’appliquer. On est alors souvent surpris de ses progrès.

Josef Schovanec, autiste français, diplômé de Sciences Po et docteur en philosophie explique lui-même dans son livre Je suis à l’est ! : « À la fin de mon année de grande section, tout le monde, à commencer par la maîtresse, voulait que je redouble parce que je n’avais pas du tout les compétences requises pour passer en CP. Rétrospectivement, je me dis que si on avait attendu que je les acquière, je serais peut-être encore en grande section ! »

Dans l’enseignement secondaire, on constate également que de nombreux élèves au profil atypique lorsqu’ils sont orientés vers un enseignement plus spécifique (grâce à un changement de niveau ou d’orientation), plutôt que de redoubler, deviennent soudainement de bons, voire de très bons élèves. Ils ont passé un cap et/ou travaillent enfin dans un domaine de compétences qui leur correspond mieux.

Votre élève, cet étranger

Un peu plus loin dans son livre, Josef explique : « Mes parents, lucides et observateurs, avaient trouvé une parade redoutable : dire que j’étais étranger ou tchèque. Voilà qui expliquait tout lumineusement. Que je parle de manière incorrecte, rien de plus normal. Que je ne comprenne pas les consignes, voilà qui était fort naturel. »

Ce passage est touchant car il met en évidence l’idée bien connue qu’être autiste c’est comme arriver en pays étranger : il faut s’adapter à un environnement que l’on ne comprend pas et dont on a tout à apprendre (coutumes, lange, codes sociaux…).
Mais ce qui est particulièrement intéressant c’est que ce raisonnement, qui est juste, va plus loin : un autiste qui arrive réellement en pays étranger est tout de suite accepté avec ses singularités car elles sont attribuées à sa culture. De ce fait, l’autochtone est beaucoup plus réceptif, patient et bienveillant. L’hôte (qui a un TSA) est de ce fait beaucoup plus à l’aise pour établir une relation sociale et apprendre. C’est ici que l’on constate que notre positionnement dans nos relations interpersonnelles tient une place prépondérante dans l’inclusion.

Rencontrer une personne autiste avec sa singularité comme on accueillerait un hôte étranger, c’est accepter sa différence avec naturel et rendre la relation plus riche.

L’autisme : un obstacle, une force

On retrouve dans le discours des adultes autistes qui ont trouvé leur voix la considération que leur autisme est une difficulté mais qu’il est également une force.

Vous serez peut-être surpris mais vous en connaissez probablement plusieurs sans même savoir qu’elles ont un trouble du spectre de l’autisme : Greta Thunberg, Audrey Alwett, Lionel Messi, Florence Mendez, Paul El Kharrat, JK Rowling, Keanu Reeves, Bill Gates, Mark Zuckerberg…

Mais quand on est enseignant, il est intéressant de savoir que c’était probablement le cas de Charles Darwin, Thomas Edison, Isaac Newton, Albert Einstein, Marie Curie, Alexander Graham Bell, Henry Ford, Andy Warhol, Glen Gould…

When haters go after your looks and differences, it means they have nowhere left to go. And then you know you’re winning! I have Aspergers and that means I’m sometimes a bit different from the norm. And - given the right circumstances- being different is a superpower. #aspiepower pic.twitter.com/A71qVBhWUU

* « Lorsque les détracteurs s’en prennent à votre apparence et à vos différences, cela signifie qu’ils n’ont plus rien à faire. Et alors vous savez que vous gagnez !
Je suis Asperger et cela signifie que je suis parfois un peu différente de la norme. Et – si les circonstances le permettent – être différent est un super pouvoir. »

Paul El Kharrat, autiste asperger ayant participé 153 fois à l’émission Les Douze Coups de midi de TF1 : « J’ai un syndrome autistique qui est ma force au quotidien mais qui est aussi ma faiblesse […] je pense que l’autisme mérite un bon mode d’emploi pour les neurotypiques qui ne nous comprennent pas […] Le plus important pour un asperger c’est d’être bien entouré, entouré de personnes qui te comprennent, qui font des efforts pour t’aider et pour te guider à travers ce flou, ce noir continu, qu’est la société humaine »

Florence Mendez, humoriste et autiste  : « Aujourd’hui, je me rends compte que le fait d’avoir ce TSA, a été une force dans la mesure où, étant donné que je n’ai pas les mêmes codes (et que les choses que les autres considèrent comme pas adaptées, pour moi, ce ne sont pas les mêmes : il y a des barrières que les gens qui ne sont pas autistes mettent que moi je ne comprends pas), justement, ça m’a permis de transcender ces codes-là et peut-être d’offrir quelque chose, en tous cas je l’espère, d’un petit peu différent dans le monde de l’humour. »

Vous pouvez découvrir d’autres portraits en vidéo dans la rubrique Portraits et Témoignages.

Lorsque l’on comprend les difficultés de l’élève ayant un trouble du spectre de l’autisme (partie 1), son fonctionnement en fonction de son profil, ses points forts; il est plus aisé d’adapter les aménagements pour l’orienter vers la réussite.

Pour accompagner votre élève vers le chemin qui est le sien, vous trouverez dans l’article suivant de nombreuses idées d’aménagements.
Je vous souhaite d’y trouver des idées qui vous faciliteront la mise en place de supports pédagogiques adaptés 🙂

 

Vous souhaitez retrouver cet article facilement ?
Epinglez-le sur Pinterest pour y revenir quand vous voulez 😉

9 réflexions sur “L’autisme au collège et au lycée : compétences et points forts”

  1. Bonjour,
    C’est la psychomotricienne qui m’a fait découvrir votre blog et c’est une mine d’information, merci beaucoup ! On y découvre beaucoup de choses que même les professionnels n’évoquent et qui sont pourtant très importantes.
    Y a-t-il possibilité d’exporter votre article en pdf pour l’imprimer et le distribuer ?
    Bonne journée

    1. Merci beaucoup Charlotte pour votre commentaire et pour l’intérêt que vous portez à mon blog. Je suis ravie d’apprendre que mon site vous a été recommandé par une psychomotricienne et que vous y trouvez des informations utiles et pertinentes.

      Concernant votre demande d’exportation d’articles en PDF, je vous invite à rejoindre la VIP Toolbox de mon blog. Dans cet espace, vous aurez accès à une fonctionnalité vous permettant de télécharger et d’imprimer les articles phares du blog (dont celui-ci) en format PDF. Cela vous permettra de les partager facilement avec d’autres personnes intéressées. 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Oups ! On ne copie pas ce contenu, merci !
17 Partages
Partagez
Enregistrer17
WhatsApp
Tweetez
Partagez