Hugo032016blogAujourd’hui, journée de l’autisme, je viens vous parler de mon fils Hugo.

Hugo est autiste. Hugo est un héros. Chaque jour il se bat face à l’ignorance. Parce que l’autisme en France qui connaît ? Qui en parle ?

J’aimerais vous dire que l’autisme, ça n’est pas le cliché que l’on a en tête. Mon fils est un grand émotif et un hypersensible. Mon fils parle. Beaucoup. Mon fils a des rêves. Il pense à hier, à aujourd’hui et à demain. Chaque jour, il apprend comment vivre avec les autres. Il souhaite de tout son cœur être accepté. Il me raconte ses stratégies pour avoir de nouveaux copains. Comment il tente de se rendre gentil et serviable. Chaque jour, il nous observe et nous demande ce qui nous pousse à agir tel que nous le faisons. Hugo veut comprendre notre façon d’être, nos expressions, nos émotions. Il veut faire partie de ce monde. Il veut le conquérir et le rendre meilleur : devenir ingénieur pour inventer des voitures qui ne polluent pas, ou président pour que plus jamais il n’y ait de personnes sans toit et sans nourriture ou encore policier pour combattre l’injustice et la méchanceté. Hugo a plein d’aspirations. Il aime profondément les gens et la planète qui le voit grandir. C’est un contemplatif.

Pourtant, comme personne ne connaît bien l’autisme, on le lui rend bien mal. Chaque jour, Hugo entend et voit les personnes qui désapprouvent sa maladresse en l’interprétant comme de l’impolitesse, de l’effronterie ou de la bêtise. Les adultes le jugent, les enfants aussi. Alors mon petit garçon rentre à la maison et me raconte combien il trouve la vie difficile. Oui, Hugo manque d’empathie. Mais savez-vous ce qu’est l’empathie ? L’empathie, c’est savoir lire et comprendre les émotions, les sentiments, les croyances des autres. Comprendre les expressions, les gestes, les sous-entendus. Ce n’est naturel pour aucun enfant autiste. C’est ce que l’on appelle la « cécité sociale ». Chaque jour, pour Hugo, il faut observer, comprendre, mémoriser chaque situation. Se créer un énorme stock de données sociales afin de pouvoir l’utiliser plus tard. Malheureusement, quelle situation est l’exacte copie d’une autre ? Aucune. Alors, il faut composer et souvent se tromper. Oui, Hugo essaie, Hugo se trompe. Hugo est étrange. Il ritualise, il rend ses journées prévisibles dans un monde anxiogène où domine l’imprévu. Hugo fait des gestes bizarres dans un monde bizarre. Hugo lutte mais qui le voit ? Son handicap est invisible. Hugo est souvent jugé à tort, pourtant il est le premier à dire « ce n’est pas de sa faute, il ne pouvait pas savoir ». Son cœur est grand. Avez-vous compris l’empathie ?

Mon fils aime, mon fils vit, mon fils se bat. Son vœu le plus cher est d’avoir de nombreux amis. Pourtant, mon fils est rarement compris. Mon fils grandit dans un monde où l’on reproche aux autistes de ne pas nous regarder. Mais qui les regarde ? Qui s’en soucie ?

Hugo est juste un petit garçon avec un fonctionnement différent. Mais c’est un petit garçon généreux, intelligent, hyper-sensible, bien plus altruiste à sa façon que la plupart des gens. Penser aux autres, c’est son quotidien.

Aujourd’hui, je pense à tous ces enfants qui partagent le même fonctionnement que mon fils. A tous ces petits et grands autistes qui sont des héros. Je pense à Evan, à Louis, à Lucas, à Arthur, à Chloé, et à tous ceux que je ne connais pas mais qui se battent avec persévérance. Je veux leur dire combien ils sont forts et courageux, combien certaines personnes les aiment vraiment et combien ils méritent d’être aimés.

Aujourd’hui, si je pouvais faire un vœu, je ne changerais pas mon formidable petit garçon. Oh non ! Je voudrais simplement que le regard des autres change parce qu’ils savent enfin.

Je t’aime Hugo.

Si vous souhaitez faire vivre ce voeu, alors commentez, likez, partagez. Parlez de vos enfants !

Merci pour lui, merci pour eux <3

(Visited 968 times, 1 visits today)
409 Partages
Partagez395
Tweetez
Partagez13
+11